Après la Révolution

Chronologie des évènements


- Après la fin de la terreur, le calme renaît peu à peu à Maniquerville mais les conséquences des bouleversements qui viennent de se produire subsistent.
Le château de Thiboutot et la tour de Maniquerville sont détruits.
L'église est dévastée, elle est à peine couverte, une partie des murs effondrée, les vitraux sont brisés, une partie des statues et le blason des Thiboutot sont mutilés, la crypte contenant les tombeaux profanée, les objets précieux qu'elle contenait volés, ainsi que les cloches, les bancs et les stalles brûlés, le clocher démonté. Aussi lorsqu'après le 18 brumaire, le culte est rétabli dans la plupart des communes voisines, il ne peut être question de le célébrer à Maniquerville dont l'église n'est qu'une grange délabrée. Maniquerville est alors rattaché à Gerville pour le culte mais aussi pour l'instruction des enfants.

- C'est en 1833 que le conseil municipal de Maniquerville commence à se préoccuper de la restauration de l'église : on transforme la chapelle seigneuriale en sacristie, on refait le toit en ardoise, et on replace l'ancien clocher ainsi que les cloches retrouvées à Gerville. Enfin l'église de Saint Jean de Crétot ayant été détruite, ce qui restait de son mobilier fut transportés à Maniquerville. Lors de la réouverture de l'église au culte en 1835, la cure de Maniquerville n'est pas rétablit et la desservance est assurée tantôt par le curé de Gerville, tantôt par celui d'Epreville. En 1838, une généreuse bienfaitrice, madame Guérard lègue à la commune une petite ferme dont les revenus doivent servir à l'entretien d'un prêtre.

- Vers 1850, il est construit un château à proximité de l’église sur une parcelle de terrain comprenant une cour édifiée de maisons d’habitation, divers bâtiments et autres pièces de terre en labour, le tout sur une surface d’environ 5 hectares appartenant à J.D. Thieullent, demeurant à Fécamp.  En 1853 Melle R. Palfray et Mme de Rossi descendantes de J.D. Thieullent héritaient du domaine de Maniquerville. Le 29 décembre 1898, par acte passé devant notaire, la propriété et le château étaient acquis par M. Desprez, ingénieur des Ponts et Chaussées au Havre. Le château était modifié au début du XXème par C. Albert, architecte. Il était surélevé d’un étage.

Le château à l'origine vers 1850


Le château après travaux vers 1900

- C'est en 1886, près d'un siècle après la disparition de l'ancienne école, que les enfants de Maniquerville cessent d'aller à Gerville et disposent d'une école qui leur soit propre et dont la restauration du bâtiment vient de s'achever.

- La population de la commune croît légèrement pendant la première partie du XIXème, on recense alors en 1830, 75 maisons pour 315 habitants. Un Mouvement de régression se produit ensuite, on recense en 1866, 68 maisons pour 274 habitants et en 1886, 45 maisons pour 185 habitants. Cette diminution du nombre de maisons tient de la cherté croissante des frais d'entretien et à l'augmentation des impôts. D'ailleurs, la disparition graduelle de l'artisanat prive la population ouvrière de Maniquerville de toute ressource pendant la période de moindre activité agricole et concours à la dépopulation de la commune.



Page précédente : La Terreur
Page suivante : Au Siècle Dernier